Le héraut et l’écriture de l’histoire à la fin du Moyen Age (Alexandre Grosjean)

Le héraut médiéval occidental doit son apparition au besoin de connaissances particulières liées à l’héraldique. Des abords des champs de batailles et des tournois aux salles bardées des cours, le glissement de son office depuis un communicant oral vers un statut d’écrivain occasionnel s’effectue avec une lente imposition de ses fonctions dans le dispositif princier, arguant de sa formation intellectuelle, orale et écrite toujours plus importante. Toutefois, ce spécialiste de la transmission de l’information possède par la force des choses une conception de l’histoire qui lui est tout à fait propre. Si le héraut d’armes est formé à dire la vérité en toute neutralité, son discours historiographique est très généralement  influencé pour ne pas dire écrasé par le panégyrique de ses maîtres et par une pensée immanquablement partisane, destinée à légitimer la maison princière qui l’emploie. Cette subversion du rendu historique est toutefois compensée par les méthodes de travail et un esprit critique certain, preuve de la vocation historique de cet agent assermenté, même si celui-ci, souvent premier témoin des évènements, reste une plume secondaire dans l’écriture de l’histoire.

Alexandre Grosjean (Université du Littoral-Côte d’Opale de Dunkerque)


Torsten Hiltmann

Torsten Hiltmann is Juniorprofessor for the High and Late Middle Ages and Auxiliary Sciences at the University of Münster. He is interested in new approaches to late medieval and early modern heraldry, the medieval notion of kingship and the methods and technologies of Digital Humanities. On hypotheses.org, he is maintaining, among others, the blog “Heraldica Nova”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.