Héraut, héraldique et pompes funèbres à l’époque moderne (Anne-Sophie Bessero)

A la cour de France, il s’avère que différents officiers ont participé à la mise en place de décor lors des cérémonies funéraires. Dans le domaine héraldique, ce sont au moins deux corps d’officiers qui ont des connaissances et interviennent : les hérauts d’armes appartenant à la Maison du roi et les peintres généalogistes des Ordres du roi.

Pour l’Angleterre, Michel Schaich dans son article « L’organisation des funérailles royales en Angleterre aux XVIIe et XVIIIe siècles » a montré que les hérauts d’armes, membres du College of arms intervenaient directement comme maîtres de cérémonies. Ils concevaient les inscriptions, choisissaient la composition héraldique, définissaient la liste des invités et leurs places. Grâce à une collecte très précoce des archives, ils avaient le monopole de la connaissance des cérémonies antérieures et concevaient chaque nouvelle célébration dans la tradition de la précédente avec quelques éléments de personnalisation.

L’organisation française semble, elle, laisser une place moins importante aux hérauts d’armes qui dépendent du Grand écuyer, alors que les cérémonies sont organisées par le Grand maître des cérémonies. Ceci est visible à travers la documentation sur les fêtes et cérémonies  puisque dans les années 1760, Denis Papillon de La Ferté, intendant des Menus Plaisirs lance une collecte de documents et une compilation sur ce thème,

A l’heure actuelle, je m’interroge sur le fonctionnement français, puisque à première vue dans les comptes, les hérauts ne sont mentionnés que pour une participation à la cérémonie et pour leurs frais d’habillements. Les armoiries sont fournies par le peintres des Ordres du roi, et par des brodeurs. Ces fournisseurs ont-ils des compétences héraldiques suffisantes pour concevoir le modèle ou bien un modèle leur est-il fourni ? Si oui par qui ?

A partir des fonds de la Maison du roi et du Minutier central des notaires parisiens (Archives Nationales), j’essaie donc d’éclaircir ces points et de comparer l’organisation française et anglaise pour les XVIIe et XVIIIe siècles.

Ce travail s’inscrit dans le cadre plus vaste de l’utilisation des armoiries lors des cérémonies funéraires.

Anne-Sophie Bessero (Archives nationales, Paris)


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.