Pierre Choque, héraut et roi d’armes d’Anne de Bretagne

Les hérauts d’armes s’affirment, à la fin du Moyen Âge, comme des figures incontournables des cours européennes. Ces officiers, en raison des multiples activités qu’ils déploient au service des rois et des princes, jouent en effet un rôle éminent : ils portent lettres et messages, organisent les tournois, réalisent des armoriaux, préparent les cérémonies et participent à différentes manifestations d’apparat, publient les annonces officielles, remplissent des missions diplomatiques et font parfois œuvre littéraire. La Bretagne n’échappe pas à la règle : les ducs de la maison de Montfort (1364-1514) disposent ainsi, dès le milieu du XVe siècle, d’une marche de douze hérauts. A son sommet se trouve, à partir des années 1475-1480, le roi d’armes « Bretagne ». De tous les hérauts bretons, celui qui nous est le mieux connu en raison de son abondante activité littéraire, est Pierre Choque, officier d’Anne de Bretagne.

Une œuvre abondante

Pierre Choque, héraut et roi d’armes « Bretagne » est l’auteur de plusieurs écrits : il a composé, du vivant de la duchesse et reine, un Discours des cérémonies du sacre et mariage d’Anne de Foix, relatant son voyage en Vénétie et en Hongrie en 1502, ainsi qu’une traduction d’un poème latin de Germain de Brie commémorant la fin tragique de la Cordelière, navire amiral de la flotte bretonne qui a coulé au large de Brest en août 1512. Sans doute est-il aussi l’auteur d’un troisième ouvrage aujourd’hui perdu : le récit d’une expédition contre les Turcs, en 1501, à laquelle Anne de Bretagne lui avait demandé de participer. Pierre Choque, enfin, est connu pour le récit qu’il laissa des funérailles de cette dernière, en 1514 : plus de trente copies de sa Commémoration et advertissement de la mort de très chrétienne et souveraine dame, madame Anne, deux fois reine de France, duchesse de Bretagne ont été conservées. Ces différents écrits éclairent la vie et la personnalité de Pierre Choque : les sources, en dehors de son œuvre littéraire, sont en effet assez peu disertes sur ce héraut breton.

Un homme mal connu

Les données qu’on peut recueillir, plutôt rares et fragmentaires, ne permettent pas de retracer avec précision la vie et la carrière de Pierre Choque. Les documents, s’ils signalent son activité jusqu’en 1523-1524, ne disent pas exactement quand il commença à exercer son office au service des Montforts. Ses origines familiales et sociales sont inconnues, tout comme son parcours scolaire et universitaire : il apparaît néanmoins qu’il ne devait sans doute pas être noble de naissance, qu’il maîtrisait le latin et possédait une assez bonne culture classique. Son existence, somme toute, semble avoir été plutôt bien remplie : il s’est embarqué sur la Cordelière à la demande d’Anne de Bretagne, en 1501, pour prendre part à la croisade contre les Turcs et participer au siège de Mytilène, leur principal bastion en mer Égée. Il a parcouru la Vénétie et la Hongrie aux côtés d’Anne de Foix, l’année suivante, lorsque cette jeune cousine de la reine est partie épouser Vladislas II Jagellon. Sans doute le héraut « Bretagne » a-t-il accompli encore d’autres missions, mais les sources n’en disent rien. Les informations les plus abondantes sur Pierre Choque sont donc à puiser dans ses écrits : la relation qu’il a faite de son périple à Venise et Buda est, à ce titre, particulièrement intéressante. Ce texte est connu par deux manuscrits dont l’un est, jusqu’à présent, resté inédit.

Un manuscrit inédit

Un premier manuscrit, qui constitue vraisemblablement le brouillon original de Pierre Choque, est conservé à la Bibliothèque nationale de France (ms. fr. 90, 7 folios). Il livre une version complète du récit de voyage et comporte une centaine d’armoiries. Il ne comprend en revanche aucune des miniatures prévues par l’auteur pour illustrer sa description des contrées traversées et des fastes donnés en l’honneur de la jeune princesse. Ce manuscrit a déjà fait l’objet d’une édition par A. Le Roux de Lincy, « Discours des cérémonies du mariage d’Anne de Foix, de la maison de France, avec Ladislas VI, roi de Bohême, de Pologne et de Hongrie, précédé du discours du voyage de cette reine dans la seigneurie de Venise, le tout mis en écrit du commandement d’Anne, reine de France, duchesse de Bretagne, par Pierre Choque, dit Bretagne, l’un de ses rois d’armes (mai 1502) », dans Bibliothèque de l’École des chartes, t. 21, 1861, p. 156-185 et 422-439. Le second manuscrit est conservé à la British Library (Stowe ms. 584, 10 folios). Il présente une version incomplète du récit de voyage : il traite en effet uniquement du séjour hongrois d’Anne de Foix et ne dit rien de l’accueil qui lui a été réservé en Vénétie. Cet exemplaire est resté jusqu’à présent inédit.

Le projet d’édition

Nous travaillons actuellement, à l’aide des deux exemplaires conservés, à une édition moderne du récit de Pierre Choque. L’édition procurée en 1861 par A. Le Roux de Lincy à partir du manuscrit de Paris comporte certaines erreurs de transcription. Elle souffre aussi de quelques omissions et interversions. Son apparat critique mérite également d’être actualisé. Les armoiries n’y sont pas reproduites. Le manuscrit de Londres a quant à lui comme intérêt, outre son caractère inédit, d’être illustré par neuf miniatures achevées. Cette publication devrait permettre d’évaluer sous un nouveau jour les compétences littéraires et artistiques de Pierre Choque qui, avec fausse modestie, demandait à Anne de Bretagne de bien vouloir lui pardonner ses maladresses « en escripture ou en protrecture ». Ce travail devrait aussi permettre d’apporter un éclairage supplémentaire sur le métier de héraut : Pierre Choque, au fil de son récit de voyage, distille en effet de multiples informations sur la façon dont il conçoit son office. Cette relation, enfin, a aussi comme intérêt de nous livrer le regard d’un Breton sur des contrées où peu de ses compatriotes s’étaient jusqu’alors aventurés et de nous plonger au cœur des fastes déployés en l’honneur d’Anne de Foix en décrivant par le menu les entrées, les cérémonies, les banquets, les tournois.


1 Response

  1. Anne-Sophie says:

    Pour les curieux qui souhaiteraient consulter le manuscrit fr. 90
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9009483r

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *