Les officiers d’armes de René II: Des emblèmes vivants au service de la construction de l’État

[Cet article est paru dans :  Hélène Say, Hélène Schneider (Dir.), Le duc de Lorraine René II et la construction d’un État princier, Lotharingia, XVI, 2010, pp. 53-69.]

Un colloque récent, tenu à Lille en septembre 2005, a permis de dresser un état des recherches sur les officiers d’armes européens[1]. Les connaissances sur ces individus, déjà étudiés, notamment par Paul Adam-Even, Michel Pastoureau et Philippe Contamine[2], ont donc été précisées. On sait que les hérauts, issus de la domesticité inférieure, sont d’abord, à la fin du XIIe siècle, de simples messagers. Le développement des tournois leur permet ensuite d’évoluer dans la hiérarchie sociale. En effet, ils ont en charge l’organisation et le déroulement de ces manifestations nobiliaires. Plus particulièrement, lors des mêlées, ils identifient les combattants grâce à leurs armoiries. Cette compétence les rend parallèlement indispensables sur les champs de bataille. Fréquentant la noblesse, ils deviennent de véritables experts de ce qui la concerne, et notamment en matière d’honneur. Et quand leur rôle dans la guerre diminue au cours du XVe siècle à cause des changements qui touchent l’organisation militaire, ils ont su s’organiser, créer leur propre hiérarchie, distinguant les poursuivants, les hérauts et les rois d’armes. Ils ont surtout réussi à diversifier leurs missions. Leur immunité, leurs liens avec l’aristocratie et les princes en font plus que des messagers : ils ont parfois un rôle à jouer dans la diplomatie de leur maître. Ils participent également à la vie de la cour et sont devenus indispensables dans la mise en scène du pouvoir.

Lors du colloque de Lille, ces différents aspects ont pu être traités. Parfois dans des contextes géographiques précis, il a ainsi été question des hérauts bourguignons, bretons, angevins, savoyards, navarrais, anglais, polonais. Mais les hérauts des duchés de Lorraine et de Bar étaient absents de cette rencontre. Il apparaissait nécessaire de faire le point d’autant que la bibliographie sur le sujet est quasi inexistante : quelques pages seulement dans un vieil article d’Henri Lepage[3].

Cette présentation a donc pour objectif de pallier ces lacunes. Elle tentera de lever le voile sur l’identité et les activités des officiers d’armes lorrains. Elle tentera également de montrer comment le duc a pu les utiliser afin d’affirmer son pouvoir.

 *******

 1. Qui sont-ils ?

1.1 Les officiers d’armes sous les prédécesseurs de René II

Avant d’analyser l’office d’armes et ses détenteurs sous le règne de René II, il convient de dresser un état des lieux de la situation antérieure. Des recherches récentes ou en cours ne révèlent que peu d’officiers d’armes avant 1473. Le dépouillement effectué par Mathias Bouyer qui étudie, dans le cadre de sa thèse de doctorat, la principauté barroise du Traité de Bruges (1301) à sa dévolution à René Ier d’Anjou (1420) a livré peu de mentions d’officiers d’armes. Un héraut du duc Robert de Bar (1359-1411) est mentionné en 1362[4] ; les comptes du receveur de Pont-à-Mousson signalent un roi des hérauts en novembre 1380[5] ; enfin en 1420, le héraut Mousson et le poursuivant Pierrefort sont au service du cardinal Louis de Bar († 1430)[6]. Les sources bourguignonnes complètent ces données. Ainsi en 1388, un héraut du duc de Bar est envoyé à Utrecht par Philippe le Hardi[7]. En 1404, des hérauts au service d’Edouard de Bar, marquis du Pont, ainsi que Bar et Mousson, deux hérauts appartenant sans doute à la maison de Robert, duc de Bar, sont encore présents à la cour de Bourgogne[8].

En Lorraine, la thèse de Christophe Rivière sur le règne de Charles II (1390-1431)[9] ne donne aucun renseignement concernant les officiers d’armes de ce prince. Cela est sans doute du à la nature des sources exploitées, l’auteur étant confronté dans sa recherche à la quasi absence de sources comptables. Les documents subsistant en dehors du duché attestent en effet l’existence d’officiers d’armes dès le règne de Jean Ier (1346-1390). En 1385, le héraut Prigny accompagne un poursuivant du duc de Bourgogne à Metz[10]. Ce héraut porte donc pour nom le cri d’armes des ducs de Lorraine ainsi qu’il apparaît dans le Tournoi de Chauvency[11] et dans l’armorial d’Urfé (v. 1380-1400)[12]. Ce cri évoque le château ducal de Prény[13]. En 1400, un héraut de Charles II est présent avec le duc à la forteresse teutonique de Marienbourg[14]. Ensuite, un ou plusieurs hérauts reçoivent des dons des princes bourguignons, en 1404, 1409 et 1411[15]. A la fin de son règne, Charles II emploie un héraut baptisé Plume de Paon[16]. Peut-être est-ce ce héraut que, le 31 mai 1429, le duc de Lorraine envoie défier Metz au moment de « la guerre de la hottée de pomme »[17].

Les officiers d’armes de René Ier d’Anjou, duc de Bar de 1420 à 1480 et duc de Lorraine de 1431 à 1453, n’ont pas encore été bien repérés. On sait cependant que le 10 juillet 1429, le héraut de René, gendre de Charles II et alors duc de Bar, va porter à Metz le défi de son maître[18]. La comptabilité des recettes générales de Lorraine et de Bar permet ensuite de connaître le héraut Bar en 1435[19] et le poursuivant Mousson en 1441[20]. En 1451, il est encore question d’un héraut « Chasteau neufz » qui paraît être au service de René mais n’a pas été identifié[21].

La comptabilité bourguignonne témoigne encore de l’existence d’un poursuivant Joinville, au service d’Antoine de Lorraine, comte de Vaudémont (1415-1458), de 1431 à 1435[22]. Cette dernière année, il est aux côtés du comte au congrès d’Arras. Sa présence est confirmée par le récit du héraut Toison d’or alias Jean Le Fèvre, seigneur de Saint-Rémy[23].

Pour les règnes de Jean d’Anjou, duc de Lorraine (1453-1470), et de son fils Nicolas (1470-1473), la comptabilité toujours très lacunaire laisse entrapercevoir un poursuivant Châtenois de 1459 à 1463[24]. Cet individu devient héraut Lorraine avant le 1er octobre 1470 ; il est toujours en fonction en 1471[25]. La même année, nous le retrouvons accompagné de trois poursuivants : Nancy, Pont et Epinal[26]. Nancy et Epinal semblent les seuls à poursuivre leur carrière sous le règne de René II.

1.2 Sous René II :

A partir du règne de René II, les sources sont plus nombreuses. Pour le duché de Lorraine, les comptes de la recette générale manquent pour les premières années du règne. Le premier registre conservé est celui du 4e compte d’Antoine Warin (1476-1477)[27]. Les registres des lettres patentes permettent de suppléer ces manques. On retrouve les traces des poursuivants aperçus en 1471 : Epinal en 1475[28] et Nancy de 1474 à 1484[29], et on rencontre un poursuivant Joinville qui devient héraut Vaudémont en 1473[30]. Pour le duché de Bar, les registres de la recette générale de Bar conservés concernent tant les années où René est gouverneur que celles où il est duc en titre[31].

Cette documentation permet de dire que durant son règne René II a eu six poursuivants : Epinal, Joinville, Nancy (1), Pont (2), Bar, Nancy (2) et trois hérauts : Vaudémont (auparavant poursuivant Joinville), Lorraine (2) et Barrois. René II a donc eu 8 officiers d’armes (6 poursuivants et 3 hérauts pendant les 36 années de son règne).

Qui sont réellement ces officiers d’armes ? Je n’ai pas pu faire tomber le masque de deux d’entre eux qui restent pour l’instant les poursuivants Epinal et Nancy (1). Les autres sont mieux connus mais il faut l’avouer, les notices biographiques sont d’une manière générale fort décevantes.

1.2.1 Aperçus biographiques

L’état civil est pratiquement insaisissable ; les carrières sont mieux connues mais les données sont loin d’être complètes. Voici, brossée à grands traits, la biographie des officiers d’armes de René II.

Gérard Raulin a commencé sa carrière sous le règne d’Antoine de Lorraine, comte de Vaudémont († 1458). Le doyen du chapitre Saint-Laurent de Joinville était alors Jean Raulin. Ce dernier, exécuteur testamentaire du comte, peut-être lié par le sang à Gérard, aurait pu le recommander. Quoiqu’il en soit, Gérard, fut ensuite poursuivant Joinville au service de Ferry de Lorraine († 1470), avant de passer à celui de son fils René, futur René II. Ce dernier, devenu duc de Lorraine, assure sa promotion en le nommant héraut Vaudémont le 24 décembre 1473. Après le 10 juillet 1474, Gérard Raulin cumule son office de héraut avec celui de livreur du grenier à sel de Joinville. En 1484, il demeure, avec sa femme, à Joinville. Il disparaît ensuite de la documentation[32].

André de La Vallée a d’abord été dévoué à Jean et Nicolas d’Anjou avant de devenir première trompette de René II le 8 octobre 1473 ; ses gages sont alors de 50 livres[33]. Il devient héraut Lorraine (2), aux gages de 100 francs (monnaie de Lorraine), entre 1474 et 1477[34]. On ne peut donc pas affirmer qu’il fut le héraut qui porta le défi de René II à Charles le Téméraire à Neuss en mai 1475[35]. Mais à la fin de l’année 1478, en récompense de ses services pendant les guerres de Bourgogne, il devient concierge de l’hôtel ducal à Nancy. Le duc lui accorde alors une pension de 25 francs (monnaie de Lorraine) à prendre sur la recette générale de Lorraine et de 12 réseaux de froment et deux queues de vin à prendre sur les revenus du cellérier de Nancy[36]. Le 22 octobre 1482, il intervient lors du duel judiciaire qui oppose Jeannot de Bidos, panetier de René II, et Baptiste de Roquelaure, homme d’armes des ordonnances du roi de France, au sujet du partage du butin pris à la bataille de Nancy[37]. En 1484, alors qu’il s’est marié et établi à Saint-Mihiel, le duc lui attribue l’office de clerc-juré des bailliage et prévôté de Saint-Mihiel et de concierge de son hôtel audit lieu. Sa pension de 1478 est remplacée par deux muids de froment et quatre d’avoine à prendre sur la recette de la prévôté de Saint-Mihiel ; il continue de percevoir 25 francs[38]. Vraisemblablement immobilisé par une maladie à Nancy en juillet 1486, il reçoit 25 francs (monnaie de Lorraine) supplémentaires[39]. Au début de l’année 1490, il effectue plusieurs missions lors du conflit qui oppose le duc à la cité de Metz.[40] En juillet 1490, André est promu châtelain de Saint-Mihiel[41]. Il décède à la fin de l’année 1493 ou au début de 1494[42].

Colin, natif du hameau de l’Etat dans la prévôté d’Arches, est nommé messager « portant [les] armes [du duc] » en février 1474[43]. Il est mentionné comme chevaucheur d’écurie début 1477. Au cours de 1480, il devient poursuivant Pont aux gages de 50 francs. Il meurt à Dun en 1493[44].

Richard de Roullée apparaît comme sergent de Bar et chevaucheur d’écurie en 1469 sous le règne de Jean d’Anjou. Il reste chevaucheur sous le règne de Nicolas d’Anjou, sous le gouvernement de René de Lorraine, alors comte de Vaudémont, puis sous le règne de ce dernier devenu duc de Lorraine[45]. En 1483-1484, il est également commis à l’office de cellérier de Bar[46]. Il est nommé poursuivant au titre de Bar en janvier 1489[47]. En 1500, après une longue carrière au service des princes lorrains, alors qu’il est « ancien, debille et maladieux », il demande au duc que ses offices de chevaucheur d’écurie et sergent à cheval au bailliage de Bar soient attribués à son fils Mengin[48]. L’office de poursuivant lui est également donné[49]. Richard est encore mentionné comme sergent du bailliage de Bar de 1500 à 1503[50]. En février 1508, sa veuve, Marguerite, adresse une requête au duc, afin qu’il autorise André, leur dernier enfant vivant, à recueillir la succession de sa mère non noble[51]. Richard et Mengin sont donc morts avant cette date[52].

Gérard Durand est retenu chevaucheur d’écurie en août 1477 en récompense de ses bons et agréables services[53]. A cet office, il perçoit 50 francs (monnaie de Lorraine) de gages[54]. Il est promu poursuivant Nancy en 1495 ; ses gages restent les mêmes[55]. En 1497, blessé au service du duc, il se voit octroyer une pension de 20 francs (monnaie de Lorraine) et de 12 réseaux de froment jusqu’à provision d’un office[56]. En 1503, il est enfin pourvu de l’office d’huissier d’armes « pour les bons, grans et aggreables services [qu’il] (…) a par cy devant faiz en plusieurs et divers veaiges où l’avons envoyé pour noz affaires esquelz il s’est prudentement et discretement porté, conduict et employé en façon qu’il est demeuré envers nous en singulière recommendation »[57] ; il perçoit désormais 120 francs (monnaie de Lorraine) de gages mais continue cependant de bénéficier de sa pension[58]. Il est ensuite indifféremment qualifié dans la documentation d’huissier ou de héraut. En mars 1509, Antoine qui vient de succéder à son père le confirme dans son office d’huissier d’armes et dans sa pension[59]. En décembre 1510, « Girard Durant de Molin » est anobli[60]. Après 1511, sa pension ne lui est plus versée et ses gages sont diminués de 20 francs[61]. Ses gages sont à nouveau de 120 francs à partir de 1522[62]. En 1526, vraisemblablement après de nouveaux ennuis de santé, Nancy, héraut d’armes et huissier de conseil, se voit allouer une nouvelle pension de 20 francs et 12 réseaux de froment[63]. Enfin, après cinquante ans de bons et loyaux services, Gérard Durand s’éteint en 1527[64].

Mengin de La Court, trompette, demeurant à Bar, est mentionné pour la première fois en 1472, il est alors au service de René de Lorraine, gouverneur du duché de Bar pour son grand-père[65]. Dans une lettre patente de décembre 1480, René II réduit la pension de 24 francs (monnaie de Barrois) et de 10 muids de blé à prendre sur la recette de Clermont que lui avait accordée « feu de bonne memoire le roy de Sicille dont Dieu ait l’ame » ; elle est désormais de 12 francs et 6 muids de blé (moitié froment/moitié avoine) à prendre sur la recette de La Chaussée[66]. Mengin est encore trompette en 1483[67]. Enfin, en 1495, Il est qualifié pour la première fois de héraut Barrois et perçoit 100 francs de gages ; il le demeure jusqu’à sa mort survenue en juillet 1508[68].

1.2.2 Les origines sociales

On le voit, les détails concernant l’origine sociale, le milieu familial et la parenté sont rarissimes. Il est cependant possible de préciser que sur les 6 individus concernés [8 moins Epinal et Nancy (1)] quatre sont a priori non nobles (Gérard Raulin, poursuivant Joinville, puis héraut Vaudémont ; André de La Vallée, héraut Lorraine (2) ; Colin le Pont, poursuivant Pont ; Mengin de La Court, héraut Barrois). Gérard Durand, poursuivant Nancy (2), est anobli par Antoine. Richard de Roullée, poursuivant Bar, est assurément noble mais il appartient très certainement à la petite noblesse.

1.2.3 Les origines géographiques

L’origine géographique des officiers d’armes est aussi difficile à établir. Un seul lieu de naissance est explicitement connu. Colin, poursuivant Pont, est né dans le hameau de l’Etat situé dans la prévôté d’Arches. On peut supposer que Gérard Durand est originaire d’un village nommé Moulins (ou Moulin) que l’on ne peut situer avec certitude[69]. André de La Vallée vient peut-être du village homonyme situé à une vingtaine de kilomètres de Saint-Mihiel ou bien encore d’un écart de Rarécourt cependant plus éloigné de Saint-Mihiel[70]. Gérard Raulin, poursuivant Joinville, puis héraut Vaudémont, est très certainement natif de Joinville. Enfin Richard de Roullée, poursuivant Bar, demeure à Bar-le-Duc et semble en être originaire.

1.2.4 L’état civil

L’ascendance, les alliances matrimoniales et la descendance nous échappent en grande partie. Les parents des officiers d’armes de René II n’ont pas été identifiés. Les alliances matrimoniales sont à peine mieux renseignées : quelques mentions de mariage (Gérard Raulin, André de La Vallée, Mengin de La Court) mais aucun renseignement sur l’identité des épouses. On sait seulement que la femme de Richard de Roullée, prénommée Marguerite, était non noble. Leur descendance est la seule connue. Ils ont eu deux fils : Mengin, qui devient chevaucheur d’écurie à la demande de son père mais meurt précocement, et André. Il convient de noter qu’Emond du Boullay dans le récit qu’il fait de la pompe funèbre de François Ier mentionne un certain Claude de La Vallée, trompette, il s’agit peut-être là d’un descendant d’André[71].

La parentèle de ces individus est peu connue. C’est à peine si l’on peut préciser les liens qu’ils ont pu tisser avec leurs contemporains. On peut cependant constater, grâce à un contrat de location, que Gérard Durand a sans doute été en relation d’affaires avec Gilles de Bruneval, qui fut comme lui chevaucheur d’écurie[72]. Ces hommes appartiennent au même milieu. Il est possible d’apporter quelques précisions sur ce milieu sous le règne d’Antoine grâce à quelques actes notariés de 1511. Ceux-ci règlent la succession de la mère de Warin de Tonnoy et permettent de percevoir son horizon social[73]. Warin, fils de Jean de Tonnoy, chevaucheur, lui succéde vraisemblablement à cet office avant de devenir poursuivant Clermont en 1527[74]. Sa demi-sœur Margot est mariée à Laurent Serre, muletier de Philippe de Gueldre. Margot est mentionnée dans d’autres documents comme mercière, elle fournit notamment la cour[75]. Claudon, une autre sœur de Warin, est quant à elle mariée à un apothicaire de Nancy[76]. On sait également que l’un des frères, prénommé François, est clerc ; il est nommé chanoine de la collégiale Sainte-Croix de Pont-à-Mousson à la requête de son frère[77]. Warin de Tonnoy et sa famille appartiennent donc au monde des officiers subalternes, des boutiquiers et des petits propriétaires. D’un niveau social bien modeste, ils sont cependant plus à l’aise que nombre de leurs contemporains et bénéficient de contacts avec la cour.

2. Que font-ils ?

2.1 Formation et cursus :

On ne sait pas comment ces officiers entrent au service du prince mais on nous permettra de supposer que la recommandation d’un père, d’un oncle ou d’un parent était un préalable nécessaire. C’est peut-être le cas de Gérard Raulin, c’est assurément celui de Warin de Tonnoy. Cette recommandation était nécessaire mais sans doute pas suffisante. Il faut encore au moins savoir lire et écrire, c’est le minimum requis pour un simple chevaucheur. En 1500, le duc accepte de donner l’office de chevaucheur à Mengin de Roullée car il est « informez des sens, discretion, preudommie, bonne diligence et autres vertus estans en la personne dudit Mengin, (…), mesmement qu’il est en aage compectant et scet lire et escriptre »[78]. Deux quittances conservent la signature autographe de Mengin de La Court, héraut Barrois[79]. Certains officiers d’armes ont pu maîtriser une langue étrangère. C’est apparemment le cas de Gérard Durand ; ses missions, souvent tournées vers l’espace germanophone, invitent à le croire[80]. Aucun officier d’armes de la période n’est gradué d’une université, la carrière dépend plus du talent et des qualités personnelles de chaque individu que d’une formation particulière.

La carrière des officiers d’armes est loin d’être conforme à l’idéal prôné par les hérauts français en 1408. Dans cet idéal, le poursuivant devait être « clerc » et âgé d’au moins vingt-cinq ans. Il devait attendre sept ans avant de devenir héraut[81]. Un seul poursuivant lorrain devient héraut, il s’agit de Gérard Raulin, mais on ne sait ni dans quel office il a commencé, ni combien de temps il a été poursuivant. Colin le Pont est messager, puis chevaucheur pendant 6 ans avant de devenir poursuivant Pont et de le rester pendant 13 ans jusqu’à sa mort. Richard de Roullée est chevaucheur pendant 20 ans au moins ; il devient ensuite poursuivant Bar et meurt en charge de cet office qu’il a exercé pendant une quinzaine d’années. Gérard Durand, qui bénéficie d’une longévité exceptionnelle, est chevaucheur pendant 18 ans, puis poursuivant Nancy pendant 8 ans ; il est enfin promu huissier d’armes (régulièrement qualifié de héraut) et le reste 24 années jusqu’à son décès. Il est le seul dont le cursus correspond un tant soit peu à l’idéal. Les hérauts Lorraine (2) et Barrois ont un parcours différent puisqu’ils ont d’abord été trompettes. On ne sait combien de temps André de La Vallée est resté trompette avant d’être nommé héraut Lorraine, mais il meurt à cet office après une vingtaine d’années d’exercice. Mengin de La Court a été trompette pendant au moins 23 ans avant de devenir héraut Barrois ; il occupe ensuite cette fonction jusqu’à sa mort pendant 13 ans. L’organisation de l’office d’armes n’est donc pas celle idéalement préconisée par ses acteurs. Mais il existe une hiérarchie propre à l’ensemble des offices précédemment rencontrés. Les gages permettent de la préciser, les chevaucheurs comme les poursuivants perçoivent 50 francs mais ces derniers ont la primauté dans les listes. Avec 60 francs de gages, les trompettes sont mieux rémunérées mais apparaissent après les chevaucheurs. Au sommet de la pyramide, on trouve le héraut d’armes et ses 100 francs de gages. On notera que Gérard Durand, devenu huissier d’armes, reçoit 120 francs. Avec 50 francs, la rémunération des chevaucheurs et poursuivants est dans la moyenne de celle des officiers subalternes. Celle des hérauts est dans la tranche supérieure de cette catégorie mais elle est, au minimum, la moitié de celle des officiers supérieurs[82].

Les affinités avec les chevaucheurs et les trompettes ne doivent pas masquer les différences substantielles qui existent entre ces officiers et les poursuivants et les hérauts. D’une manière générale, partout en Europe, ces derniers sont en effet des officiers à part. Au moment de leur nomination, ils sont « baptisés » et reçoivent un nouveau nom ; ils doivent prêter un serment particulier et sont vêtus différemment[83]. En Lorraine, ces particularités ne sont pas toutes visibles dans les sources mais le baptême est explicitement mentionné. En 1503, la lettres de nomination de Gérard Durand à l’office de huissier d’armes rappelle qu’il est poursuivant « nommé et baptisé Nancy »[84]. Sous Antoine, Warin de Tonnoy reçoit 6 florins « pour le rachapt de la tasse de quoy il fut baptisé »[85]. Le serment spécifique aux officiers d’armes est absent de la documentation[86]. En revanche, on sait que les hérauts lorrains étaient bien revêtus de la « cotte d’armes appertenant à [leur] office »[87], également appelée tabard. Une seule image nous montre un héraut lorrain mais elle est tardive et produite en dehors de la région. Il s’agit d’une miniature extraite de l’exemplaire des Mémoires de Philippe de Commynes conservé à Nantes dans les collections du musée départemental Dobrée. Cette miniature appartient à un cycle peint dans un atelier parisien vers 1510-1520. Elle représente la demande en mariage de Marie de Bourgogne en 1471. Charles le Téméraire, assis sur un trône avec sa fille à son côté, reçoit les hérauts des ducs de Savoie, de Lorraine, de l’archiduc d’Autriche et du duc de Guyenne[88]. Le héraut lorrain est vêtu d’une cotte d’armes ; les armoiries qui y sont représentées sont un coupé, en chef : Hongrie, Anjou ancien (Naples), Jérusalem, Aragon ; en pointe : Anjou moderne et Bar ; sur le tout : Lorraine. Ces armoiries sont portées par René II après 1498[89], puis par Antoine qui lui succède en 1508[90]. Mais en 1471, le duc de Lorraine qui demande la main de Marie de Bourgogne est Nicolas d’Anjou, c’est d’ailleurs bien lui qui est nommé par Commynes. Il est sûr que ce ne sont pas ses armoiries qui figurent sur le tabard du hérauts[91]. Cette image n’est en aucun cas une représentation fiable. C’est une vision idéale, condensée et actualisée d’un événement qui a eu lieu cinquante ans auparavant. Mais c’est le « portrait » le plus ancien d’un héraut lorrain.

2.2 Les fonctions

 2.2.1 « voyaiges et messaigeries »

Sous le règne de René II, les officiers d’armes commencent comme messagers. Trois commencent comme messager ou chevaucheur avant de devenir poursuivant et deux hérauts sont d’abord trompette. L’analyse des lettres de confirmation du poursuivant Nancy et de nomination du héraut Vaudémont souligne l’importance de ce rôle[92]. Dans le premier acte, on utilise pour désigner l’office de poursuivant, le mot prosequens mais dans le second c’est le doublet « preconem seu nuncium » qui est choisi. Selon une définition classique, le poursuivant serait donc soit un crieur public soit un messager. Dans ces lettres, les poursuivants et hérauts reçoivent licence et faculté d’aller par toutes les parties de la terre et de porter les armes du duc. Ce dernier demande pour cela à tous les rois, ducs, comtes, princes, barons, seigneurs et gouverneurs de cité, amis et alliés de traiter ses hérauts comme lui le fait des leurs. Cette immunité leur permet d’accomplir leur mission[93]. L’essentiel des mentions comptables concernent des dépenses occasionnées par ces dernières. Il serait fastidieux d’en dresser ici une liste exhaustive d’autant que le détail des missions nécessitant ces voyages n’est pas ou peu détaillé. Leur durée est quasiment impossible à évaluer, tout comme le temps que les hérauts leur consacrent. Généralement il s’agit d’aller porter des lettres « pour les affaires de monseigneur ». La confiance du prince leur est accordée. Le poursuivant Bar agit parfois comme procureur[94]. Dans quelques cas, les officiers d’armes transportent des fonds. Le héraut Lorraine apporte 500 florins d’or à Zurich en 1478[95]. Les missions concernent très largement les relations du duc avec les principautés voisines. Les destinations de ces voyages sont donc plutôt tournées vers l’extérieur des duchés : le royaume de France, l’Empire et les Pays-Bas bourguignons mais aussi les villes de Suisse, d’Italie[96]. Les officiers d’armes avaient sans doute quelques responsabilités dans la diplomatie de leur souverain. La lettre de nomination de Gérard Durand à l’office de huissier d’armes rappelle qu’il s’est « prudentement et discretement porté, conduict et employé » aux affaires du duc. Mais il faudrait pour avoir une idée juste de ces responsabilités faire la différence entre l’envoi d’un héraut seul et sa participation à une ambassade. Seule une enquête approfondie sur la diplomatie sous René II permettrait d’y parvenir. Quoiqu’il en soit les hérauts ne sont pas des messagers comme des autres, ils interviennent aussi dans des occasions bien particulières.

2.2.2 Les hérauts et la guerre

En mai 1475, René II défie le Téméraire. Une copie du texte a été conservée ; son titre révèle qu’il a été porté par le héraut Lorraine[97]. La Chronique de Lorraine décrit sans complaisance cet épisode : « Quant le heraut lui eust donné [le défi], bref monta à cheval, il eut peur que le duc le fit noyer ». A tort puisque le duc de Bourgogne le récompensa pour ces bonnes nouvelles en lui donnant une de ses meilleures robes et 12 florins. Mais la Chronique omet de préciser le nom du héraut[98]. Commynes offre une version différente puisque, selon lui, c’est « le More de monseigneur de Cran (Georges de la Trémoïlle) » qui aurait porté le défi[99]. Pourtant en 1475, René II dispose de deux poursuivants (Epinal et Nancy) et d’au moins un héraut : Vaudémont. Le cas du héraut Lorraine est plus problématique. J’ai signalé l’existence du poursuivant Châtenois, héraut Lorraine, attestée du 1er octobre 1470 au 31 octobre 1471[100], mais il n’est plus mentionné après cette date. Son successeur au titre de Lorraine est André de La Vallée qui apparaît comme héraut dans la documentation en 1477. Nommé trompette en 1473, il exerce encore cet office en 1474[101]. Châtenois ou Lorraine (1) disparaît donc entre 1471 et 1477 et André de La Vallée est nommé entre 1474 et 1477. Rien, dans l’état actuel de la documentation, ne permet de préciser la chronologie dans cet intervalle de quatre années. Le jugement d’Emile Duvernoy sur la valeur du témoignage de l’auteur de la Chronique de Lorraine pour l’année 1474 et les premiers mois de 1475 est plutôt sévère : « Il relate pour cette période, divers événements de l’histoire générale dont il est évident qu’il n’a point été le témoin ». Cependant, il estime que, en ce qui concerne le défi, « un document trouvé au British Museum prouve qu’elle [la Chronique] rend un compte très exact de cette affaire »[102]. Jean Molinet dans ses Chroniques ne parle pas de la remise du défi mais il évoque ce dernier un peu plus tard, il le qualifie bien de défi « de feu et de sang »[103]. L’œuvre d’historien de Commynes dans ses Mémoires a été réévaluée mais selon son dernier éditeur, il ne faut pas pour autant « prendre pour argent comptant tout ce qu’il dit » ; on peut d’ailleurs noter que Commynes estime peu le duc de Lorraine[104]. Il est actuellement impossible de trancher entre l’une ou l’autre de ces versions. Mais dans son édition des lettres de défi, Jean Schneider proposait de voir derrière le héraut Lorraine, André de La Vallée ; il est vrai que ce personnage fut par la suite très largement récompensé, en souvenir de cet événement sans doute mais aussi grâce à d’autres de ses interventions du même ordre.

En 1490 le duc de Lorraine entre en conflit avec la cité de Metz pour trois longues années. Les évènements sont connus grâce au récit qu’en a fait le messin Philippe de Vigneulles. C’est encore André de La Vallée, qui « vestu moult noblement de la cotte d’armes appertenant à son office », vient porter les lettres de défi de son seigneur le 17 février 1490. André de Rineck les reçoit et gratifie Lorraine d’un don de 6 florins. Lors d’une journée de pourparlers tenue à Thionville le 31 mars 1490, Lorraine transmet au duc une proposition faite par le marquis de Bade qui s’est entremis pour tenter de trouver un accord. Il revient avec la réponse du duc qui n’est « point du tout au gré » du marquis de Bade le 2 avril suivant[105].

Le héraut est donc bien un messager mais un messager particulier. Vêtu différemment, la description de Philippe de Vigneulles qui montre le héraut en tabard est sans ambiguïté, l’officier d’armes est chargé de missions bien particulières et hautement symboliques : c’est lui qui transmet les lettres de défi initiatrices des conflits[106]. Ses autres liens avec la guerre ne sont malheureusement pas perceptibles dans la documentation rassemblée. Une exception cependant, mais sous le règne d’Antoine : lors de la Guerre des Rustauds en 1525, le héraut Vaudémont (alors Pierre Gringore) et une trompette sont envoyés pour sommer Erasme Gerber de rendre la ville de Saverne. Peu au fait des habitudes chevaleresques, Gerber répond par un boulet de fauconneau qui fauche la trompette et Vaudémont parvient à grand peine à se tirer de ce mauvais pas[107].

2.2.3 Duels et tournois

Leur rôle est encore attesté dans d’autres types de combats. En 1482, Jeannot de Bidos, panetier de René II, et Baptiste de Roquelaure, homme d’armes des ordonnances du roi de France, sont en conflit à cause du partage du butin pris à la bataille de Nancy. Un duel judiciaire est organisé pour régler ce différend. Le formulaire des gages de bataille écrit par Hardouin de la Jaille conserve le souvenir de cette péripétie, ainsi que la lettre de sentence de défaut en duel judiciaire accordée par René II à Jeannot de Bidos. Baptiste de Roquelaure ne s’est en effet jamais présenté le jour dit malgré les proclamations insistantes du héraut Lorraine. Car c’est encore André de La Vallée que nous voyons officier à cette occasion, preuve de la diversité des fonctions des officiers d’armes. Le duel n’ayant pas eu lieu à cause de l’absence de Roquelaure, le rôle de Lorraine fut peu important en dehors des proclamations d’usage. Cependant quand Jeannot de Bidos fait ses demandes au duc, Lorraine fait partie des personnalités chargées de les recueillir avec le représentant du Maréchal et deux chevaliers qui ne sont autres que les baillis de Vaudémont et de Saint-Mihiel[108]. A n’en pas douter, l’honneur est au centre de leurs préoccupations.

Aucun document ne montre des hérauts lorrains œuvrer lors d’un tournoi sous le règne de René II. On sait pourtant que le duc a participé à de tels divertissements. En 1485, alors qu’il est à Montargis, il se fait apporter son harnois de joute par Gérard Durand, alors chevaucheur[109]. Sous Antoine, un tournoi se déroule le 8 octobre 1517 et le texte de sa publication est explicite quant à la participation des hérauts. Leur rôle est de vérifier la noblesse des tournoyeurs qui viennent affronter les tenants : « Et à toutes les emprinses dessusdites lesdits tenans entendent que tous venant soient gentilzhommes de noms et d’armes et appourteront leurs escuz en touchant aux emprinses armoyes leurs armes tymbrees de leur tymbre, et les delivreront aux heraulx que ledit seigneur y comectera pour les recevoir. »[110] Ils interviennent ici en tant que juges du « droit d’armes », un droit constitué, selon Claire Boudreau, « des codes d’honneur de la noblesse, combinés à ceux de la chevalerie et de la guerre »[111]. Ils doivent veiller à son respect et garder la mémoire des exploits mais aussi des bassesses nobiliaires. Témoins de la vie noble, ils sont évidemment témoins de la vie princière.

2.2.4 Les cérémonies princières :

Une fois encore la documentation est rare pour dresser un bilan du rôle des hérauts lors des cérémonies qui accompagnent les évènements marquants (baptême, mariage, pompe funèbre) sous René II. On sait cependant que des poursuivants et hérauts étaient présents dans le cortège conduit lors du baptême d’Antoine qui eut lieu à Bar le 16 juin 1489. A cette date, Colin le Pont et Richard de Roullée sont respectivement poursuivants Pont et Bar, André de La Vallée est héraut Lorraine. Ce dernier est sans doute celui qui cria après la cérémonie : « Vive très-haut et très-puissant prince Antoine I fils de Lorraine, duc de Calabre ! »[112]. Il est possible de compléter ces données grâce au récit fait par Nicolas Volcyr du baptême du second fils d’Antoine à Bar le 10 novembre 1524. La description du cortège présente les poursuivants et hérauts Clermont, Vaudémont et Nancy « vestuz de cottes d’armes à la maniere accoustumée ». A l’issue de la cérémonie, ils crient : « Largesse ! » et en sont les premiers bénéficiaires puisque la couverture d’hermine qui protégeait l’enfant leur revient[113].

A l’autre extrémité de la vie, les cérémonies sont encore plus remarquables. Hélas, le récit de la pompe funèbre de René II en 1508 est tardif et pourrait avoir été écrit à la demande d’Emond du Boullay dans le but de préparer les cérémonies célébrées en l’honneur d’Antoine et de son fils François Ier, en 1546. Ce texte mentionne bien la participation des poursuivants et des hérauts mais ni leur nombre, ni leur nom ne sont précisés. Une exception cependant : le premier héraut est appelé Nancy. Les rois d’armes Sicile et Lorraine auraient également participé. On ne trouve pas trace de roi d’armes dans la comptabilité ducale ; Sicile n’existe pas et Lorraine est un héraut. Mais en 1508, André de La Vallée, héraut Lorraine, est mort depuis 14 ans. Mengin de La Court, héraut Barrois, et Richard de Roullée, poursuivant Bar, ont également précédé le duc dans la tombe. Seul Gérard Durand, poursuivant Nancy, régulièrement qualifié de héraut après sa nomination à l’office d’huissier d’armes en 1503, est vivant en 1508. Dans les périodes les plus fastes, René II dispose de 3 ou 4 officiers d’armes. Les hérauts Vaudémont et Lorraine et les poursuivants Nancy et Pont de 1480 à 1484, le héraut Lorraine et les poursuivants Pont et Bar de 1489 à 1493 et le héraut Barrois et les poursuivants Bar et Nancy de 1495 à 1508. Mais tel n’est pas le cas après son décès en 1508.

On peut supposer que comme dans les pompes funèbres ultérieures, un seul officier d’armes suffit à l’accomplissement de certains rites. Les officiers d’armes qui l’accompagnent sont des figurants. Ces figurants sont malgré tout nécessaires car ils ont une forte valeur symbolique lors du passage d’un règne à l’autre. Les hérauts sont en effet des emblèmes vivants[114].

3. Des emblèmes vivants

Le récit de la pompe funèbre de René II ne permet pas de tirer de réelles conclusions quant à la présence des officiers d’armes et leur signification. On peut cependant noter, premièrement la volonté d’insister sur les prétentions royales, deuxièmement l’importance du héraut Nancy qui est selon le texte le premier héraut, le seul présent dans les documents d’archives ! Les pompes funèbres suivantes – d’Antoine à Charles III – montrent une amélioration du système. Le roi d’armes incarne le prince et sa souveraineté, une souveraineté qui s’exerce sur des principautés représentées par les hérauts et les poursuivants. Les ordonnateurs de ces cérémonies ont perfectionné un système de représentation leur permettant d’affirmer, de proclamer, de revendiquer. Mais depuis longtemps les hérauts manifestent et véhiculent des idées. Ils servent en effet à la communication du prince, ils voyagent et sont vus loin. Leur nom de baptême est donc fortement emblématique et politique.

En Lorraine, les noms des hérauts sont tous toponymiques : villes (pour les poursuivants) et/ou principautés (pour les hérauts). Point de Romarin, de Fleur de Pensée ou d’Ardent Désir, les descendants du roi René n’ont pas hérité de son sens poétique ! Pas même un poursuivant Alérion qui égaierait un peu cette liste[115]. Les hérauts lorrains ne sont pas là pour évoquer les goûts artistiques et littéraires ou les rêveries chevaleresques de leur maître, ils sont là pour affirmer la construction de l’Etat lorrain.

Ce système préexiste, ainsi quand le duc Jean Ier baptise son héraut Prigny (Prény), ce nom est d’abord un toponyme, il désigne une forteresse, plus largement une terre. Certes ce toponyme est suffisamment emblématique pour avoir été au préalable utilisé comme cri d’armes, mais Prény, malgré cette ambivalence, doit d’abord être considéré comme un point d’ancrage géographique du lignage. Les ducs de Bar font un choix identique quand il nomment leurs hérauts Bar, Mousson, Pierrefort. Mais c’est sous Nicolas d’Anjou que l’on commence à pouvoir mener une analyse plus fine. Bien sûr, on trouve Lorraine, Nancy et Pont mais surtout on découvre Epinal. En 1466, Nicolas Ier d’Anjou, alors lieutenant du duché de Lorraine, prend possession de la cité et de la châtellenie d’Epinal au nom de son père. Le poursuivant Epinal, qui passe ensuite au service de René II, affirme donc l’influence des ducs de Lorraine sur une terre de l’évêché de Metz lorgnée par les rois de France et récemment reprise[116]. Le poursuivant Châtenois jouait quelques années auparavant, sous le règne de Jean d’Anjou, le même rôle par rapport à Neufchâteau dans un contexte de relations tout aussi difficiles avec le souverain français[117].

Ce système se perfectionne encore sous René II, premier souverain issu de la seconde maison de Vaudémont. Le poursuivant Joinville devenu héraut Vaudémont dès les débuts du règne rappelle l’origine familiale de René II et sa possession de ce comté. Mais ce n’est pas ce dernier qui porte le défi du duc à Charles le Téméraire, c’est le héraut Lorraine. Qu’il existe réellement ou qu’il soit incarné par un truchement, cela n’a finalement guère d’importance, c’est sa valeur symbolique qui est en jeu. Car c’est précisément le duché de Lorraine qui est menacé et le duc de Lorraine qui intervient pour défendre son droit.

Après les guerres de Bourgogne, l’attention du prince doit se porter davantage à l’Ouest, du côté du royaume. Le retour d’un poursuivant Pont au cours de l’année 1480 est particulièrement significatif. René d’Anjou meurt le 10 juillet de cette année, sa fille Yolande devient alors duchesse de Bar et naturellement le fils aîné de cette dernière peut s’intituler marquis du Pont ; il peut également, à juste titre, créé un poursuivant de ce nom. L’intérêt de cette création lui permet d’affirmer ses droits sur le duché de Bar et le marquisat du Pont. En 1473, cette principauté a été donnée par le roi René à son fils bâtard Jean. René II l’en laisse jouir du vivant de son grand-père mais il en revendique la possession après son décès. Or Jean n’y renonce qu’en 1485[118]. En ce qui concerne le duché de Bar, René II se heurte à Louis XI. Celui-ci, n’ayant pas admis la décision prise par le roi de Sicile de céder le duché à sa fille Yolande puis au fils de cette dernière, ne cesse d’intervenir dans le Barrois de 1474 à 1480. Pire encore, après la mort du roi René, il occupe le duché en tant qu’héritier de sa mère Marie d’Anjou. Après le décès de Louis XI, la pression se relâche et, en novembre 1483, le Barrois occupé est rendu au duc de Lorraine. A la mort de Yolande, en février 1484, René devient donc officiellement duc de Lorraine et de Bar[119]. Mais il faut attendre 1489 pour voir apparaître le poursuivant Bar. Pendant cet intervalle, René II est peu préoccupé par ses territoires lorrains. D’abord fidèle à Charles VIII, il prend ensuite le parti du duc d’Orléans dans la « Guerre folle ». Le roi a en effet rattaché définitivement, en 1486, le duché d’Anjou et le comté de Provence, au royaume au grand dam de l’héritier du roi de Sicile. Mais il semble que ces principautés ne sont pas les seules parts de l’héritage angevin convoitées par le roi de France. Les prétentions de René II gênent sans doute déjà les vues de Charles VIII sur le royaume de Naples. En 1488, alors qu’il s’apprête à partir en Italie, le roi le somme d’abandonner[120]. Il réinvestit alors ses principautés lorraines et la nomination du poursuivant Bar, aux côtés du héraut Lorraine, lui permet d’affirmer sa possession des deux duchés. Il ne renonce cependant pas à ses prétentions puisqu’il s’intitule roi de Jérusalem et de Sicile en janvier 1493[121]. Aucun officier d’armes lorrain ne reçoit pourtant l’un ou l’autre de ces noms. Cela serait certainement perçu comme un trop grand affront par le roi. Le roi d’armes Sicile qui apparaît lors de la pompe funèbre de René II, on l’a dit, n’existe pas réellement. Son invention sert à rendre un dernier hommage à René II, prétendant malheureux au royaume de Naples. Devenu duc, Antoine abandonne d’ailleurs définitivement les prétentions de son père[122]. La confirmation du recentrage lorrain est donnée quand il s’agit, après 1494, de remplacer le héraut Lorraine André de La Vallée ; on choisit de nommer un héraut Barrois. Ce choix peut s’expliquer par la guerre qui oppose René II et Robert de La Marck de 1493 à 1497. Ce conflit est en effet du aux prétentions de La Marck sur le château et la terre de Dun-sur-Meuse sis dans le nord du duché de Bar[123]. On imagine sans peine l’utilité d’un héraut Barrois pour réaffirmer la propriété de ces territoires lors de ces évènements[124].

*******

A l’issue de cette présentation, les poursuivants et hérauts d’armes de René II apparaissent enfin dans leur ensemble. Tout au long de son règne, ce prince a eu deux, trois ou quatre officiers d’armes à son service. En cela il ne diffère ni de ses prédécesseurs, ni des princes contemporains. Hélas, la documentation conservée livre peu d’informations biographiques sur ces officiers particuliers. Il est difficile d’entrer dans le détail de leur vie. Ascendance, alliance et descendance sont absentes des données recueillies. Impossible donc de les situer précisément dans la société de leur temps. Ils n’appartiennent certes pas à l’élite mais ils bénéficient des contacts nécessaires pour obtenir les faveurs du prince. L’analyse de leur cursus permet de dire qu’ils appartiennent au milieu des officiers subalternes. Certains d’entre eux se trouvent même dans la frange supérieure de ce groupe. C’est le cas d’André de La Vallée et surtout de Gérard Durand qui parvient à se faire anoblir.

Cette promotion sociale est très certainement liée à leurs fonctions. Comme leurs homologues européens, les officiers d’armes lorrains sont tour à tour messagers, diplomates, experts dans les choses de la guerre, de l’honneur, des cérémonies protocolaires, des armoiries et des emblèmes. Emblèmes eux-mêmes ils servent dans l’état lorrain naissant à proclamer les revendications de leur maître. Poursuivants et hérauts d’armes participent pleinement à la valorisation et au rayonnement du prince ainsi qu’à la construction de son État.

 Jean-Christophe Blanchard

 

 


[1] Le héraut, figure européenne (XIVe-XVIe siècle), colloque Lille 15-17 septembre 2005, Revue du Nord, n° 366-367, t. 88, juillet-décembre 2006.

[2] Paul Adam-Even, « Les fonctions militaires des hérauts d’armes. Leur influence sur le développement de l’héraldique », Archives héraldiques suisses, t. 71, 1957, pp. 2-33 ; Michel Pastoureau, Traité d’héraldique, 4e éd., Paris, Picard, 2003, p. 61-62 ; Philippe Contamine, « Office d’armes et noblesse dans la France de la fin du Moyen Age », Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, 1994, pp. 310-322. Une bibliographie exhaustive a été dressée par Werner Paravicini : « Le héraut d’armes ce que nous savons et ce que nous ne savons pas », Le héraut…, p. 480-490.

[3] Henri Lepage, « Les offices du duché de Lorraine et de Bar », Mémoires de la Société d’Archélogie Lorraine (désormais MSAL), 2e série, 11e vol., Nancy, 1869, pp. 15-440, ici pp. 375-385.

[4] AD Meuse, B 1129, f. 39.

[5] AD Meurthe-et-Moselle, B 8094, 29 v°.

[6] AD Meuse, B 495, f. 65 v°.

[7] Ces renseignements proviennent de la base Heraudica (http://www.heraudica.org/) que Torsten Hiltmann et Nils Bock ont eu l’amabilité de me laisser consulter, qu’ils en soient ici vivement remerciés. AD Côte d’Or, B 1469, f. 35 v°.

[8] AD Côte d’Or, B 5520, f. 96 et f. 104 cité dans Bertrand Schnerb, « Rois d’armes, hérauts et poursuivants à la cour de Bourgogne sous Philippe le Hardi et Jean sans Peur (1363-1419) », Le héraut, figure européenne…, pp. 529-557, ici p. 538, n. 55 et 56.

[9] Christophe Rivière, Une principauté d’Empire face au Royaume. Le duché de Lorraine sous le règne de Charles II 1390-1431, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2004.

[10] AD Côte d’Or, B 1462, f. 112 v°.

[11] Jacques Bretel, Le Tournoi de Chauvency, Ed. M. Delbouille, Liège et Paris, 1932 : l’auteur le définit bien comme « L’ensaigne au riche duc Ferri [Ferry III (1255-1303)], / Marchis entre les trois roiaumes » (v. 1414-1415).

[12] Paris, Bibliothèque nationale de France, fr. 32753, p. 63 : « Le duc de Lorraine, d’or à le bende de gueles à III alerions d’argent sur le bende et crie Priny ». Pour la datation de l’armorial : Michel Pastoureau, Traité…, p. 225

[13] Prény (Meurthe-et-Moselle, ar. Nancy, c. Pont-à-Mousson

[14] Heraudica : Erich Joachim, Das Marienburger Treßlerbuch der Jahre 1399-1409, Königsberg, 1896, p. 60.

[15] AD Côte d’Or, B 5520, f. 105 v° cité dans « Rois d’armes… », p. 539, n. 66 ; B 1558, f. 78 ; B 1570, f. 161 v°-162 (et AD Nord, B 1894, f. 176).

[16] Plume de Paon apparaît dans la comptabilité bourguignonne en novembre 1427 (Courtrai, Bibliothèque communale, G.V. 322, XVI, f. 170 ; il est qualifié de héraut du duc de Lorraine), en octobre et décembre 1428 (AD Nord, B 1938, ff. 220 v° et 252 ; il est qualifié de poursuivant d’armes) et en 1431 (AD Nord, B 1942, f. 94, il apporte alors au duc de Bourgogne des « nouvelles de Lorraine »).

[17] Chronique, ou Annales du doyen de Saint-Thiébaut de Metz, éd. Dom Calmet, Histoire de Lorraine, 2e éd., Nancy, 1748, t. V, preuves, col. XLIII.

[18] Ibid., col. XLIV.

[19] Le héraut Bar participe au congrès d’Arras en 1435 (AD Meuse, B 499, f. 142 v° ; Philippe Contamine, « Aperçus nouveaux sur Toison d’or, chroniqueur de la paix d’Arras (1435) », Le héraut, figure européenne…, pp. 577-596, ici p. 593. Les sources bourguignonnes mentionnent des « herault et fol du duc de Bar » en 1432 (AD Nord, B 1945, f. 157).

[20] AD Meurthe-et-Moselle, B 968, f. 112. Christian de Merindol (« Rois d’armes et poursuivants à la cour d’Anjou au temps du roi René », dans Le héraut, figure européenne…, pp. 617-630) a mis en évidence quelques liens avec la Lorraine mais aucun officier d’armes relevant de l’un ou l’autre des duchés de Bar ou de lorraine. Le poursuivant Romarin attesté par Mérindol de 1446 à 1453 est présent dans le duché de Bar en 1435 et 1436 (AD Meuse, B 499, ff. 131, 133, 151). Il est également présent à Arras en 1435 (Philippe Contamine, « Aperçus nouveaux… », p. 595).

[21] AD Meuse, B 500, f. 129 v°.

[22] Pour l’année 1431 : Bertrand Schnerb, Bulgnéville (1431). L’État bourguignon prend pied en Lorraine, Paris, Economica, 1993, p. 37 et 87 (Lille, A. D. Nord, B 1942, ff° 97, 159 v°). Puis : Lille, A. D. Nord, B 1948, f° 228 v° (1433) et B 1954, f° 129 (1435).

[23] Philippe Contamine, « Aperçus nouveaux … », p. 595 et 596.

[24] AD Meurthe-et-Moselle, B 4377, ff. 10 v°, 19, 39 v° ; B 969, ff. 516, 589 v° (pension de 40 francs à prendre aux termes de Saint-Rémy et Pâques). Un certain « Grant Jehan », poursuivant, est mentionné en 1463 et 1464 (AD Meuse, B 502, ff. 161 v°, 162 v° et 169). Rien ne permet de dire si ce dernier et Châtenois sont une seule et même personne.

[25] AD Meurthe-et-Moselle, B 970, ff. 675, 583 ; B 971, f. 460 v°. Le terme de Pâques 1472 ne semble pas avoir été payé.

[26] AD Meurthe-et-Moselle, B 971, ff. 411, 413, 425.

[27] AD Meurthe-et-Moselle, B 972.

[28] AD Meurthe-et-Moselle, B 1, f. 252.

[29] AD Meurthe-et-Moselle, B 1, ff. 77 r°-v° ; B 972, ff. 568 v° (13/03/1475 n. s.), 535 ; B 973, f. 459 ; B 974, ff. 444, 487 ; B 2, f. 301.

[30] AD Meurthe-et-Moselle, B 1, ff. 72 v°-73, 98 v°-99, 152 ; B2, f. 254.

[31] René est gouverneur du duché de Bar de 1470 à 1484, année où il devient duc de Bar après le décès de sa mère. AD Meuse, B 505 (1472-1473)-B 507 (1475-1477), B 510 (1480) ; B 511 (1483-1484), etc.

[32] Joinville (Haute-Marne, ar. Saint-Dizier, ch.-l. c.). Sur cet individu, on me permettra de renvoyer à : Jean-Christophe Blanchard, « Gérard Raulin, héraut Vaudémont. Un Joinvillois au service de René II, duc de Lorraine », Lorraine et Champagne, mille ans d’histoire, colloque Metz 8-9 octobre 2008, Michel BUR et de François ROTH (dir.), Annales de l’Est, n° spécial 2009, pp. 227-243.

[33] AD Meurthe-et-Moselle, B 2, f. 271 v° ; B 1, ff. 35, 62 v°, 64, 211 v°.

[34] AD Meurthe-et-Moselle, B 1, f. 211 v° (15/11/1474) : il est encore trompette ; B 972, f. 560 v° (1476-1477) : il est devenu héraut. Ses gages sont fixes à partir de 1488 (B 3, f. 213 v°) ; il les perçoit jusqu’en 1493 (B 991, f. 20 v°).

[35] Nous reviendrons sur ce point ultérieurement.

[36] Rappel de cette nomination : AD Meurthe-et-Moselle, B 2, f. 271 v°-273. La pension lui est versée de 1478 à 1483 (B 973, f. 551 ; B 7555, f. 129).

[37] AD Meurthe-et-Moselle, B 2, f. 204-208 v° ; Sylvain Boulet, Etude du formulaire des gaiges de bataille d’Hardouin de la Jaille (à partir du manuscrit de la bibliothèque municipale de Nancy), Mém. Maîtrise, Nancy 2, 1995-1996.

[38] Saint-Mihiel (Verdun, ar. Commercy, ch.-l. c.). AD Meurthe-et-Moselle, B 2, f. 271 v°-273. Il a été remplacé à l’office de châtelain de Nancy le 15 juillet 1484 (AD Meurthe-et-Moselle, B 2, f. 299). Les registres des comptes de la prévôté de Saint-Mihiel ne sont pas conservés pour ces années.

[39] AD Meurthe-et-Moselle, B 2, f. 425 v° : « oultre et par dessus la somme de XXV francs qu’il a desja par an tant et si longuement qu’il sera par deza et qu’il sera revenu en meilleur santé et convalescence » ; B 985, f. 615 (1487). Cette pension est prise tant sur la recette générale de Lorraine que sur celle de Bar, ce qui entraîne certaines complications : AD Meuse, B 514, f. 123 (1486, 1487) ; B 515, f. 90 (1488) ; AD Meurthe-et-Moselle, B 987, f. 625 v° (1489) ; AD Meuse, B 516, f. 167 (1490) ; AD Meurthe-et-Moselle, B 988, f. 70 v° et AD Meuse, B 517, f. 142 (1491) ; AD Meuse, B 518, f. 140 (1492).

[40] La Chronique de Philippe de Vigneulles, éd. Charles Bruneau, t. III, Metz, 1932, pp. 145-146, 156.

[41] AD Meurthe-et-Moselle, B 4, f. 31 v°.

[42] La comptabilité de l’année 1493-1494 fait défaut mais Didier Gervaise et Jenin de Chavoncourt deviennent respectivement clerc-juré et châtelain de Saint-Mihiel suite au décès du héraut Lorraine le 16 février 1494 n. s. (AD Meurthe-et-Moselle, B 5, ff. 36 v° et 37).

[43] Commune de Ramonchamp (Vosges, ar. Epinal, c. Le Thillot). AD Meurthe-et-Moselle, B 1, f. 79.

[44] Dun-sur-Meuse (Meuse, ar. Verdun, ch.-l. c.). AD Meurthe-et-Moselle, B 1, f. 343 ; B 975, ff. 459 v° (il est encore chevaucheur le 22 avril 1480), 475, 485 ; B 3, f. 213 v° ; B 988, f. 26 ; B 4, f. 52 v° ; B 991, f. 20 v° (ses gages lui sont verser pour les neuf premiers mois de 1493 seulement « pour ce qu’il trespassa à Dun »).

[45] AD Meuse, B 504, f. 267 v°(10/06/1469); B 505, ff. 212 v°, 214 v°, 219 v° (1472-1473) ; B 506, f. 203 (1473-1474) ; B 507, f. 160 r°-v°, 162, 168 r°-v°, 169, 170 v° (1475-1477).

[46] AD Meuse, B 511, f. 80 v° et B 817 ; ses comptes sont apurés en 1487 : B 514, f. 87 v°.

[47] AD Meurthe-et-Moselle, B 3, f. 211 (31/01/1489 n. s.).

[48] AD Meurthe-et-Moselle, B 7, f. 61.

[49] AD Meurthe-et-Moselle, B 7, f. 80. De 1505 à 1507, Mengin n’est cependant jamais qualifié de poursuivant (AD Meuse, B 529, ff. 199 v°, 202, 202 v°, 203 ; B 530, ff. 163 v°, 167 v° ; B 531, f. 175 r°-v°).

[50] AD Meuse, B 525, f. 147 v°; B 526, f. 131 v°; B 528, f. 128 v°.

[51] AD Meurthe-et-Moselle, B 11, ff. 125 v°-126 (14/02/1508 n. s.).

[52] Richard est mort après 1503 et Mengin après 1507, ce qui justifie la demande de sa mère.

[53] Il est appelé « Gerard de Moulins » (AD Meurthe-et-Moselle, B 1, f. 428 v° : 01/08/1477).

[54] De 1486 à 1493 au moins (AD Meurthe-et-Moselle, B 984, ff. 41 v°, 44 v°, 48, 51 v° (seuls lui sont payés les deux premiers versements, soient 60 livres) ; B 991, f. 20 v°).

[55] Encore chevaucheur le 11 février 1495 (n. s.) (AD Meuse, B 519, f. 159), il perçoit ses gages de poursuivant Nancy et effectue diverses missions à ce titre la même année (AD Meurthe-et-Moselle, B 993, ff. 14 v°, 43 v°, 46, 54 v°, 55). Ses gages sont identiques jusqu’en 1502 (B 1001, f. 23 v°).

[56] L’enregistrement de cet octroi est très succinct dans le registre des lettres patentes (AD Meurthe-et-Moselle, B 6, f. 123 v° : 10/10/1497). Il est plus détaillé dans les copies qu’en ont fait le cellérier de Nancy et le receveur général de Lorraine. Le premier rappelle que : « nagueres lui est advenu ung accident en son service dont pour le garir lui a esté forcé le taillier » (AD Meurthe-et-Moselle, B 7567, f. 179). Le 7e compte (1497) du receveur général n’est pas conservé mais son 10e compte (1500) nous apprend que la lettre du 10 octobre 1497 y avait été copiée. Ce compte n’évoque pas la blessure mais précise que cette pension a été octroyée « jusques à ce que ledit seigneur [René II] l’ait pourveu de quelque office pour ses vieulx jours de pourvoir mieulx entretenir » (AD Meurthe-et-Moselle, B 998, f. 227 v°).

[57] AD Meurthe-et-Moselle, B 9, f. 55 (01/11/1503).

[58] Ses gages sont connus à partir de 1506 (AD Meurthe-et-Moselle, B 1006, f. 19 v°) ; ils sont inchangés jusqu’en 1511 (B 1016, f. 27 v°). Sa pension continue de lui être versée par ordonnance du duc (AD Meurthe-et-Moselle, B 7571, f. 141 ; B 1004, f. 260 v°).

[59] AD Meurthe-et-Moselle, B 11, f. 251 v° (20/03/1509 n. s.). Dans ce document, le montant de la pension en argent est de 25 francs. En 1510, il ne perçoit pourtant que 20 francs (AD Meurthe-et-Moselle, B 1014, f. 246 v°). En 1511, il paraît ne rien percevoir en argent (B 1015, f. 235 v°) mais reçoit bien 12 réseaux de froment (B 7582, f. 64, son obiit est étrangement signalé dans la marge).

[60] AD Meurthe-et-Moselle, B 10, f. 137 v° (28/12/1510). Les armoiries qui lui sont concédées sont ainsi décrites : « en ung escu d’or et d’argent party en barde (sic) une rousette de sable à deux liepars lyonnez languets de mesmes armé de sable contrepassant à la quee levee et renversee l’une à la pointe de l’escu et l’autre en chief à une fesse d’asur », soit tranché d’or et d’argent, à la fasce d’azur accompagnée de deux léopards (lionnés ?) contre-passants de sable, une rose du même posée au premier canton. Dom Pelletier dans son nobiliaire (Nobiliaire ou armorial général de Lorraine et du Barrois…, Nancy, 1758, p. 220) place la rose en pointe à senestre sur l’argent.

[61] De 1516 à 1521 (AD Meurthe-et-Moselle, B 1021, f. 27 ; B 1026, f. 40).

[62] De 1522 à 1525 au moins (AD Meurthe-et-Moselle, B 1028, f. 39 ; B 1032, f. 39 v°).

[63] AD Meurthe-et-Moselle, B 1032, f. 68 : Nancy, huissier, reçoit 12 francs en une seule fois « pour ayder à sa maladie » (mandement du 01/04/1525) ; B 1034, f. 250 ; B 7602, f. 172 v° (date le mandement du 7 avril 1526).

[64] AD Meurthe-et-Moselle, B 1038, f. 41 (seule la moitié de ses gages lui est versée, il est dont mort avant le 31 juin 1527) et B 7603, f. 162.

[65] Il perçoit 12 francs de pension (AD Meuse, B 505, f. 173).

[66] Clermont-en-Argonne (Meuse, ar. Verdun, ch.-l. c.) ; La Chaussée (Meuse, ar. Commercy, c. Vigneulles-lès-Hattonchâtel). AD Meurthe-et-Moselle, B 2, ff. 2 v°-3 (25/12/1480) ; AD Meuse, B 1640, f. 195 v° (1480) ; B 1641, f. 149 v° (1481). Cette pension est encore mentionnée de 1495 à 1505 (AD Meuse, B 1644, f. 102 ; B 1651, f. 100).

[67] AD Meurthe-et-Moselle, B 980, ff. 30 et 32.

[68] AD Meurthe-et-Moselle, B 993 , f. 14 v° (son mariage est évoqué au f. 35) ; B 1010, f. 34 v°.

[69] Il est appelé « Gerard de Moulins » (AD Meurthe-et-Moselle, B 1, f. 428 v° : 01/08/1477) puis « Girard Durant de Molin » (Id., B 10, f. 137 v° : 28/12/1510). La seule localité importante de ce nom est Moulins-lès-Metz (Moselle, ar. Metz-Campagne, c. Woippy).

[70] Lavallée (Meuse, ar. Commercy, c. Pierrefitte-sur-Aire) ; Rarécourt(Meuse, ar. Verdun, c. Clermont-en-Argonne).

[71] Emond Du Boullay, La vie et trespas des deux princes de paix le bon duc Anthoine et saige duc Françoys premiers de leurs noms…, Metz (Jean Pallier), 1547, cahier II 3 : « Les trompettes portans leurs cloches renversees asçavoir Claude de La Vallee… ». Rien ne semble lier ce dernier à Claude de La Vallée, prévôt, receveur et gruyer de Clermont, accusé de concussion en 1535 (AD Meurthe-et-Moselle, B 13, f. 47 v° ; B 21, ff. 338 v° et 377) ; on trouve les pièces de son procès dans : Alphonse Roserot, Titres de la Maison de Rarécourt de La Vallée de Pimodan, Paris, 1903, p. 363 et suivantes. André ne paraît pas plus lié à cette famille.

[72] AD Meurthe-et-Moselle, 3 E 1619, f. 146 (24/09/1511).

[73] AD Meurthe-et-Moselle, 3 E 1619, ff. 149-151, 153, 154 (29/09/1511), 159-160 (11/10/1511).

[74] Jean de Tonnoy est nommé messager à cheval le 6 février 1475 (n. s.) (AD Meurthe-et-Moselle, B 1, f. 274). Warin est chevaucheur de 1506 à 1518 : Ibid., B 1006, f. 20 ; B 1022, ff., 24, 84 v°, 87, 91 v°,142, 164 v°. Poursuivant jusqu’en 1527 : B 1038, f. 41 v°.

[75] Par exemple : AD Meurthe-et-Moselle, B 1057, f. 144 v° (1536).

[76] Il s’agit de Claude de Villiers (AD Meurthe-et-Moselle, 3 E 1095, ff. 111 v°-112 (02/081521).

[77] AD Meurthe-et-Moselle, 3 E 1619, f. 153 et B 12, f. 289 v° (05/02/1514 n. s.).

[78] AD Meurthe-et-Moselle, B 7, f. 61.

[79] AD Meurthe-et-Moselle, B 995, n° 94 (10/11/1496) et 118 (28/07/1496).

[80] Jean Schneider, « Des rives de la Meurthe au lac de Constance. Le voyage d’une Ambassade Lorraine en 1496 », Le Pays Lorrain, 1980, n° 3, p. 109-124, plus particulièrement p. 110-111.

[81] Philippe Contamine, « Office d’armes… », p. 312 et Paul Adam-Even, « Les fonctions militaires… », pp. 19-20.

[82] AD Meurthe-et-Moselle, B 3, ff. 301 v° et 300 r°-v° (1489).

[83] Claire Boudreau, « Messagers, rapporteurs, juges et « voir-disant ». Les hérauts d’armes vus par eux-mêmes et par d’autres dans les sources didactiques (XIVe-XVIe siècles) », Information et société en Occident à la fin du Moyen Age. Actes du colloque international tenu à l’Université du Québec à Montréal et à l’Université d’Ottawa (9-11 mai 2002), réunis par Claire Boudreau, Kouky Fianu, Claude Gauvard et Michel Hébert, Paris, 2004, p. 233-245, sur ces notions pp. 240-243.

[84] Cf. note 57.

[85] AD Meurthe-et-Moselle, B 1022, f. 84 v°.

[86] Il n’est pas évoqué dans les actes de nomination de poursuivant ou de héraut (AD Meurthe-et-Moselle, B 1, ff. 72 v°-73, 77 r°-v° ; B 3, f. 211).

[87] C’est ainsi qu’apparaît André de La Vallée, héraut Lorraine, en 1490 dans La Chronique de Philippe de Vigneulles, éd. par Charles Bruneau, t. III, Metz, 1932, p. 145.

[88] Nantes, Musée départemental Dobrée, ms. 18. Philippe de Commynes. Mémoires, édition critique par Joël Blanchard, 2 vol., Genève, 2007, t. I, p. XVII, n. 11

[89] Christian de Merindol, « La politique du duc de Lorraine René II (1473-1508) à l’égard de la seconde maison d’Anjou, de la France et de la Bourgogne, d’après le témoignage de l’emblématique et de la thématique », Les pays de l’entre-deux au Moyen Age : questions d’histoire des territoires d’Empire entre Meuse, Rhône et Rhin, Actes du 113e congrès national des sociétés savantes (Strasbourg, 1988), Paris, 1990, pp. 61-114, pp. 63-65, 71-72.

[90] Hubert Collin, Sceaux de l’histoire de Lorraine, Lotharingia I, 1988, p. 105.

[91] Philippe de Commynes. Mémoires,…, t. I, p. 210. Nicolas porte un écu à six quartiers (Hongrie, Anjou ancien, Jérusalem, Anjou moderne, Bar, Lorraine) surchargé de l’écu d’Aragon (Christian de Merindol, Le roi René et la seconde maison d’Anjou. Emblématique. Art. Histoire, Paris, 1987, pp. 97-98).

[92] AD Meurthe-et-Moselle, B 1, ff. 77 r° et v° (25/02/1474 n. s.), 72 v°-73 (24/12/1473).

[93] Jean-Christophe Blanchard, « Gérard Raulin, héraut Vaudémont. Un Joinvillois au service de René II, duc de Lorraine », Lorraine et Champagne…, p. 231.

[94] AD Meuse, B 520, 154 v° (1496).

[95] AD Meurthe-et-Moselle, B 973, f. 463.

[96] Quelques exemples : France (AD Meurthe-et-Moselle, B 979, f. 72), Worms (Id., B 993, f. 63 v°), Flandres (Id., B 3, f. 127), Venise (Id., B 980, f. 15), Gênes (Id., B 987, f. 558).

[97] Lorraine et Bourgogne (1473-1478). Choix de documents présentés par Jean Schneider, Nancy, 1982, pp. 55-57, document n° 15. Le texte est également publié en partie dans Christian Pfister, Histoire de Nancy, 3 vol., t. I, Paris-Nancy, 1902, p. 617.

[98] La Chronique de Lorraine, depuis l’an 1350 ou environ jusqu’à l’an 1544 (Dom Calmet, Histoire de Lorraine, 2e éd., Nancy, 1757, t. VII, preuves, col. 77). Le texte précise seulement que le défi fut donné par le duc de Lorraine à « un sien héraut ».

[99] Philippe de Commynes. Mémoires…, t. I, p. 251. Commynes est repris par Jean d’Aucy (Pfister, p. 395, n. 6), lui même suivi par Richard de Wassebourg (Antiquitez de la Gaule Belgique…, Paris (Vincent Sertenas), 1549, livre VII, ff. 517 v°-518). Les « Lustrations de frere Jehan d’Aucy » sont citées dans les sources de Wassebourg. Sur Georges de la Trémoille : Philippe Contamine, « Un serviteur de Louis XI dans sa lutte contre Charles le Téméraire : Georges de la Trémoille, sire de Craon (vers 1437-1481), Annuaire-Bulletin de la Société de l’Histoire de France, années 1976-1977, Paris, 1978, pp. 63-80. L’auteur (p. 76, n. 94) cite Richard de Wassebourg et renvoie à Pfister.

[100] Cf. note 24.

[101] Ad Meurthe-et-Moselle, B 1, f. 211 v° ; B 972, f. 560 v°.

[102] Emile Duvernoy, « Etude sur la Chronique de Lorraine », MSAL, t. LXVII (4e série, 17e vol.), 1926-1927, pp. 1-92, p. 9 et p. 20 (Il s’agit du texte du défi connu par Pfister et édité par Schneider).

[103] Chroniques de Jean Molinet, publiées par Georges Doutrepont et Omer Jodogne, t. I, Bruxelles, 1935, p. 111.

[104] Philippe de Commynes. Mémoires, t. I, pp. CXVII-XVIII, 516 (l. 113-115) et 518 (l. 60-164) ; Philippe de Commynes. Lettres, édition critique par Joël Blanchard, Genève, 2001, p. 123).

[105] La Chronique de Philippe de Vigneulles, éd. par Charles Bruneau, t. III, Metz, 1932, pp. 145-146, 156.

[106] Les hérauts de Charles II et de René Ier apparaissaient déjà ainsi en 1429 dans la Chronique du doyen de Saint-Thiébaut (cf. notes 17 et 18).

[107] Emond Du Boullay, Op. Cit., cahier I 3 « l’armee du bon duc Anthoine devant Saverne et sommation de la dicte vile (sic) par son herault Vauldemont ».

[108] Cf. note 37.

[109] AD Meurthe-et-Moselle, B 982, f. 8.

[110] AD Meurthe-et-Moselle, B 416, ff. 29 r°-v°.

[111] Claire Boudreau, « Messagers… », p. 237.

[112] Jean-Jacques Lionnois, Histoire des villes vieille et neuve de Nancy, 3 vol., Nancy, 1811, pp. 87-90, pour le cri p. 89.

[113] Auguste Digot, « Notice biographique et littéraire sur Nicolas Volcyr, historiographe et secrétaire du duc Antoine », Mémoires de la Société des Sciences, Lettres et Arts de Nancy, 1848, pp. 80-163. L’auteur a publié le récit du baptême en appendice (pp. 147-162).

[114] Sur ces aspects : Laurent Hablot, « Revêtir le prince. Le héraut en tabard, une image idéale du prince. Pour une tentative d’interprétation du partage emblématique entre prince et héraut à la fin du Moyen Age à travers le cas bourguignon », Le héraut, figure européenne…, pp. 755-803 ; Jean-Christophe Blanchard, « Un spectacle emblématique », Philippe Martin (dir.), Les pompes funèbres de Charles III. 1608, Metz, 2008, pp. 93-103.

[115] Le héraut Plume de paon fait figure d’exception.

[116] Léopold Duhamel, « Négociations de Charles VII et de Louis XI avec les évêques de Metz, pour la châtellenie d’Epinal, 1444-1466 », Annales de la Société d’Emulation du département des Vosges, t. XII, 3e cahier, 1867, pp. 199-284.

[117] Pierre Marot, Neufchâteau en Lorraine au Moyen Age, Nancy, 1932, pp. 126-129.

[118] Émile Duvernoy, « Les enfants naturels des ducs de la Maison d’Anjou », MSAL, 2e série, t. XXIII (72e vol.), pp. 110-123, sur cette affaire pp. 113-114.

[119] Georges Poull, La maison ducale de Lorraine, Nancy, 1991, pp.158, 187 (On notera que, le 11 septembre 1480, René II réunit précisément les États généraux à Pont-à-Mousson), 194.

[120] Georges Poull, Op. Cit., pp. 194-195 ; Yvonne Labande-Mailfert, Charles VIII et son milieu (1470-1498). La jeunesse au pouvoir, Paris, 1975, pp. 60-61, 64-65, 174-175, cette dernière page mentionne un inventaire, daté du 7 juillet 1484, des pièces extraites du trésor royal d’Aix-en-Provence et des archives de cette ville pour être transmises au roi de France. Ceci est largement confirmé par Commynes (Mémoires, pp. 513-518).

[121] Christian de Mérindol, « La politique… », p. 78.

[122] Cf. note 90.

[123] Dun-sur-Meuse (Meuse, ar. Verdun, ch.-l. c.). Philippe Contamine, « René II et les mercenaires de langue germanique : la guerre contre Robert de la Marck, seigneur de Sedan (1496) », Cinq-centième anniversaire de la bataille de Nancy (1477). Actes du colloque organisé par l’Institut de recherche régionale en sciences sociales, humaines et économiques de l’Université de Nancy II (Nancy, 22-24 septembre 1977), Annales de l’Est, Mémoire n° 62, Nancy, 1979, p. 377-394, p. 383.

[124] Mengin de La Court, héraut Barrois, assure quelques missions (AD Meurthe-et-Moselle, B 995, ff. 52 v° et 56) mais c’est le poursuivant Bar, Richard de Roullée, qui est le plus présent dans la documentation (AD Meuse, B 517, f. 158 ; B 520, f. 154 v° ; B 521, f. 135, 139 r°-v°, 141). Le poursuivant Nancy n’intervient pas lors de ce conflit.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *